Deuil Apres Suicide: Pour la Vie
 
  En Mémoire d'Eric - In Loving Memory Of Eric.
  FRANCAIS - BIENVENUE! A LIRE
  Eric.
  => Qui était Eric? Par Angélique.
  => Le jour Ou Tu es Parti (1)
  => Se Pardonner - Extraits Divers
  LE SUICIDE - AGIR & PREVENIR.
  VIDEOS - LE SUICIDE
  Musiques de l'Ame
  Poèmes du Deuil
  Désir de Continuer
  Beaute(es) de La Vie
  Méditations
  Prières Boudhistes & Chrétiennes.
  Foi d'Espérer
  Liens Utiles Suicide.
  ENGLISH SITE
  Poems
  Faith
  Inspiration
  Useful Links to Survivors
  If You Are Suicidal
  A Killing Desease
  Poems For Survivors
  Notre Playlist De La Semaine
Qui était Eric? Par Angélique.

Qui était Eric?

C'était un garçon plein d'entrain, très vif, très curieux. Aussi bien rationnel (scientifique) que littéraire (dans son approche des relations avec les autres).
C'était un peu le chouchou de ses dames avec sa manière de savoir parler aux autres et d'etre la pour eux.
C'était cependant un garçon exigeant, trop exigeant envers lui meme et les autres.
Rancunier parfois. En fait, il ne supportait pas d'etre déçu et de décevoir. Perfectionniste.
Ce qui pouvait etre à la fois un cadeau dans l'accomplissement de ses projets pouvait donc se transformer en rigueur mentale. Je pense aujourd'hui, presque un an après son départ prématuré, que cela a beaucoup contribué a son malaise.

***

Mon frère est né le 18 avril 1987, à Calgary, dans l'état d'Alberta au Canada. Ma mère est canadienne mais ses parents sont tous deux quebecois. Mon père est quebecois avec des acendances espagnoles et françaises.
Je suis l'ainée de la famille. Je nétais pas protectrice, c'est lui qui l'était pour moi. C'est vrai que nous avons peu de différence d'age ( moi 24 ans, lui allait feter ces 21 ans), mais tout de meme. Des petit, il avait ce mélange de légèreté ou il pouvait etre à l'aise socialement, dans toutes circonstances, puis juger ensuite les gens tres froidement, dans une attitude defiante et protectrice.
Comme moi, il était tres attaché au Canada et le demenagement à Quebec a été une coupure. Mes parents ont déménagé surtout pour se rapprocher de la famille maternelle.
Et pourtant! de formidables capacités d'adaptation il avait et s'est rapidement reconstruit un cercle amical du haut de ces 6 ans.
Notre vie à Québec fut marquée par beaucoup de joie et la découverte d'une nouvelle culture, d'un art de vivre. Bientot, il a fallu encore déménagé pour cette fois ci le travail de mon père en France. C'était en 1994. 
La, le choc culturel a été rude. On peut croire que ce sont les memes cultures, car de memes origines, mais pas du tout. Les gens étaient plus froids, plus réservés, il y'avait moins de solidarité et plus de rudesse. Seul le climat était meilleur.
Cela a été une epreuve difficile pour nous deux, et je crois que Eric en a souffert plus que moi.
Tres vite, il s'est là aussi reconstruit son réseau social. Mes parents étaient bien intégrés mais la vie à Québec nous manquait beaucoup.


***
Durant ces années d'adolescence, mes relations avec lui se sont distandues. Je pense que c'est normal. Eric s'est beaucoup rapproché de notre mère, mais ses liens avec mon père se sont distandus. Classique, mais tout de meme.
Vers 16 ans, Eric a commencé a aller mal. Lui qui était si jovial, si drole, si plei d'entrain, pouvait le lendemain se fermer totalement aux autres, a ne pratiquement pas vous adresser la parole de la journée. Il n'était seulement bien qu'avec ces amis. Les contacts sociaux le ravivaient il me semble. Mes parents ont pris a bras le corps son instabilité momentanée et il est allé consulter. Lui qui était si exigeant avec lui meme avait du mal a se dire qu'il allait voir un thérapeute. Comme il le disait, " je ne suis pas fou", " je ne suis pas instable". 
Finalement, c'est notre medecin généraliste qui le suivait au niveau des medicaments et il a commencé un traitement. Ce traitement a marché et nous n'avons plus entendu le mot depression. Jusqu' a ces 18 ans.
Encore ce sentiment d'exigence. Il n'avait pas été admis aux ecoles ingenieurs post bac qu'il avait choisi, et cela l'a longtemps miné. Pourtant, son école a Toulouse lui plaisait beaucoup et il ma confié une fois ne pas avoir regretté son choix car il s'amusait et faisait les études de son choix après tout. 
Entre temps, il a rencontré Eugénie avec qui il est resté jusqu'a la fin. 
Eric a refait une rechute depressive au cours de la premiere année d'ecole. Il disait etre facilement a bout de nerfs sans savoir pourquoi, puis passer apres par des sentiments ou tout allait bien dans la meme journée. 
Cette fois ci, décidé avec ma mère de regler le probleme, il a consulté un thérapeute. Puis lachait. 
Il disait n'avoir rien a dire a un inconnu payé pour l'ecouter. Il a donc changé. Rebelotte, la communication ne marchait pas. Les variations d'humeur, elles, demeuraient plus fortes et nous commencions a entre-apercevoir ce dont il parlait lorqu'il revenait 2 fois par mois à la maison. 
Finalement, le medecin généraliste lui a dit qu'il ne pouvait pas le suivre et qu'il pensait qu peut etre c'etait une forme de maniaco depression, et que dans ce cas, c'etait un psychiatre qu'il fallait voir. Mon frère la tres mal accepté et a traité le medecin de menteur. Selon ces mots, il s'est senti "laché". 
Il n'est venu que a son rendez vous que sur l'insistance de mes parents. Le psychiatre semblait hesiter. Dans le doute, il lui a prescrit un anti depresseur. Cela ne faisait malheureusement pas beaucoup d'effets et la depression a persisté. Pourtant, à lexterieur, il donnait le change, avec ces amis, ces études, son amie.

Je pense en fait qu'il avait beaucoup de démons interieurs et que nous ne saurons jamais ce qu'il s'est passé ce jour la.

***

Je l'ai vu la derniere fois l'apres midi du 9 février 2008. Il était venu, comme a son habitude, passé le week end chez mes parents. Je ne l'ai pas trouvé plus triste ou moins triste que d'habitude, j'ai remarqué juste qu'il avait maigri. A ma reflexion,il a rigolé fort et a mis cela sous le compte de la pression des examens de décembre. Un week end paisible, comme il y'a tant d'autres. Musique, internet, sortie avec les amis de la région. 
Je n'oublierai cependant pas son aurevoir, qui ne m'a pas paru bizarre sur le coup. 
D'habitude, il me faisait la bise et me disait a dans deux semaines; la il m'a prise dans ces bras un peu plus longuement et m'a dit a bientot. Je ne voudrais pas voir de signe la ou il n'y en a pas, mais peut etre en était ce un. 

j'ai commencé a me faire du souci car il ne rappelait ni mes parents, ni moi meme pour confirmer qu'il était bien arrivé. Nous apprendrons plus tard que il s'est donné la mort le lendemain, peu de temps apres etre arrivé a Matabiau ( entre 4h et 6h du matin).
Ce long voyage de nuit a du etre le plus long et le plus déchirant de son existence. La Nuit l'avait déja emporté.
Je pleure de le savoir en telle solitude & en telle souffrance.

***

Nous ne savons pas et nous ne saurons pas ce qu'il s'est passé. 
Pourquoi et comment a t-il pu garder sa souffrance et son sang froid envers nous et ces amis. Savait -il que c'etait son dernier week end ou est ce impulsif? 
Et surtout la lanscinante question du pourquoi.
Nous devons vivre avec ce qu'il a pensé etre un choix ( ce qui n'est pas ma pensée, au contraire) et accepter de n'avoir aucune réponse. Sa lettre, dont je ne parlerais pas, n'en dit pas plus.

***

Avec analyse, je pense que sa rigueur avec soi meme et les autres, ainsi que paradoxalement son ouverture aux autres l'ont affecté et l'ont entrainé vers cet acte.
C'était un grand anxieux et il le reconnaissait, un grand sensible qui n'avait qu'une parole.
 Le drame est qu'il n'a pas voulu se confronter a soi meme.

Aujourd'hui, nos vies ont changé. Sa chambre est évitée, sa place est gardée intact, la maison n'est plus la meme et le chagrin a profondément marqué mes parents dans leur chair.
Il nous manque. 
Eric m'a appris à m'ouvrir aux autres et à prendre soin des autres davantage, a plus les écouter, car on ne sait jamais,mais aussi a se confier lorsque le besoin est la. 
***
Il me manque, il nous manque, lui qui était un fils, un frère et un ami.
***
Eric était un passioné de la vie.
Il ne faut pas voir dans son geste la marque d'un quelconque dégout, mais le fait est que il a aimé la vie, avec passion, avec tout ces exces surement.

Il est important de ne pas se souvenir de la maniere dont il a choisi de quitter ce monde, mais comme le dit souvent ma mere, de la maniere dont il nous a honoré par sa présence, brève mais forte et irremplaçable. 
Il reste mon seul frère de sang et de coeur a tout jamais.


-Un texte de sa soeur, je craignais de ne pas etre objective dans ma pensée ( une mère et son fils ) et je pense que c'etait important de laisser Angélique s'exprimer.
Tu nous manques beaucoup Eric. Ton père & Ta mère.

Bienvenue!  
  Nous espérons que vous appriecierez ces pages destinées à
partager des idées d'Amour, de Paix, de Pardon, de Lachez-prise.

Nous mettons à jour deux fois par semaine le site par de nouveaux
poémes, méditations, messages d'inspiration au gré des lectures.
Merci d'etre parmi nous.
 
Advertisement  
   
Cette semaine.  
  LE QUOTIDIEN ET LES SOUVENIRS SONT TRES DIFFICILES CETTE SEMAINE AVEC L'ANNIVERSAIRE D'ANGE DE ERIC LE 12 FEVRIER DONC JE N'AI PAS EU LA FORCE ET LA VOLONTE DE LIRE. IL N'Y A PAS D'UPDATE CETTE SEMAINE. Courage aux mamans et proches.
**
ANGELIQUE A EDITE UNE PLAYLIST QUE SON FRERE AMAIT SUR SON IPOD DANS " PLAYLIST d'ERIC" . A la semaine prochaine! :)
 
LE SUICIDE & VOUS  
  1 SUICIDE TOUTES LES 50 MINUTES EN FRANCE
1 SUICIDE TOUTES LES 40 SECONDES DANS LE MONDE
12, 000 DECES EN FRANCE -
1, 200, 000 EN 2008 DANS LE MONDE
160, 000 TENTATIVES EN FRANCE.

REAGIR, C'EST ETRE RESPONSABLE
 
Les Visites Pour Eric Aujourd'hui. 51537 visitors
=> Do you also want a homepage for free? Then click here! <=